Respiration : la solution pour gérer un stress post-traumatique ?

La respiration est un phénomène naturel.

On le dit plus souvent : respirer c’est vivre.

Au-delà, c’est une méthode très répandue dans le milieu de la médecine moderne et traditionnelle.

Respiration la solution pour gérer un stress post-traumatique

En effet, la respiration aide à se détendre et à soigner beaucoup de pathologies post-traumatiques.

Ainsi, elle se veut une solution efficace pour gérer un stress post-traumatique.

Mais alors, comment ?

On vous en parle dans cet article.

Le rapport entre la respiration et le stress post-traumatique

Une situation de stress post-traumatique se caractérise par plusieurs symptômes.

Le patient atteint de cette pathologie présente des signes d’anxiété, de peur et de panique.

Les organes vitaux ne sont certes pas impactés, mais ils subissent l’influence d’un déséquilibre hormonal et physiologique.

L’un des principaux organes menacés est le cœur : l’organe régulateur du sang à travers tout l’organisme.

Or nous savons que le sang distribué par le cœur est rempli d’oxygène qui permet d’alimenter et de tenir en haleine tout l’organisme.

De ce fait, lorsqu’il y a une situation de panique, le cœur bat plus vite et la pression sanguine est plus élevée.

La respiration subit aussi une accélération.

Quoique cela puisse être souvent bénéfique dans le cadre d’une activité sportive, il n’en demeure pas moins qu’elle reste dangereuse dans le cas d’un stress post-traumatique.

L’individu atteint peut se retrouver dans une situation d’extrême angoisse, d’accident vasculaire cérébral ou de déficience neuronale.

Pour plus d’informations sur ce tueur silencieux qu’est le stress post-traumatique, il est recommandé de consulter les avis des experts, qui traitent des symptômes et conséquences directes de cette pathologie.

Bien entendu, des recherches s’effectuent pour trouver des solutions adéquates.

Parmi celles-ci figure en amont la respiration.

La respiration comme solution au choc émotionnel

Longtemps considérée comme simple phénomène naturel, la respiration est en réalité une panacée pour des pathologies comme le stress ou le choc post-traumatique.

Elle se veut un canal par lequel s’évacuent toutes sortes de mauvaises pensées et ondes négatives.

Grâce à elle, on peut aisément dissiper la peur, le traumatisme et regagner confiance en soi.

Respirer signifie avant tout, inspirer et expirer.

L’expiration est le fait de relâcher l’air tandis que l’inspiration permet de le prendre.

Ce mécanisme simple fait l’objet d’une étude minutieuse du corps médical qui en ressort des ressources exploitables pour mieux gérer les pathologies comme le stress post-traumatique.

En d’autres termes, la respiration permet de maintenir une bonne activité cardiaque.

Ensuite, elle favorise une libération des voies respiratoires et apaise les poumons en les fournissant en oxygène.

À vrai dire, plus l’on respire bien, mieux l’on se sent.

D’ailleurs, c’est ce principe utilisent les adeptes du yoga.

La respiration est ici la clé de tous les mouvements et même de la compréhension de soi et de son environnement immédiat.

On parle même de méditation.

Tous ces éléments impliquent la respiration qui demeure au centre de leurs réalisations.

Ainsi, respirer est une solution intelligente et naturelle pour gérer un stress post-traumatique.

Seulement, il faut savoir comment bien respirer pour mener à bien la quête du dépassement et la gestion du stress post-traumatique.

Comment bien respirer pour gérer un stress post-traumatique ?

La technique respiratoire à privilégier pour gérer un stress post-traumatique est la respiration abdominale.

Il s’agit d’une vieille technique qui est encore pratiquée dans presque toutes les disciplines sportives et traitements thérapeutiques.

En effet, la respiration abdominale consiste à respirer lentement en gonflant le ventre et en le relâchant progressivement.

Cette forme d’inspiration et d’expiration par l’abdomen est le meilleur moyen de respirer en cas de stress post-traumatique.

Notez que cet exercice peut se faire à n’importe quel moment de la journée et même la nuit si vous avez du mal à vous endormir.

Toutefois, pour bien mener à terme votre respiration, gardez selon vos capacités un laps de temps avant chaque expiration abdominale.

Cette technique aide à mieux se concentrer et à rester détendu et relax pendant tout le temps que dure une situation de choc traumatique.

En gros, la respiration reste la solution naturelle de base pour gérer au mieux une situation de stress post-traumatique. Plus d’infos sur santepubliquefrance.fr.


Articles connexes :

Sophrologie et BPCO : comment mieux respirer ?

Essoufflement et tension basse : quelles solutions ?